Contre-critique

Contre-critique

"2084" de B. Sansal

2084.png
 

"2084 La fin du monde" de Boualem Sansal.

 

"Le dispositif sécuritaire était si démesuré que d'aucuns pensaient que ces inébranlables robots gardaient un nid vide, voire rien, simplement une idée, un postulat. C'était un peu s'amuser avec le mystère : à ces niveaux d'ignorance, chacun ajoute sa part de divagations, mais tous savaient qu'Abi était omniprésent, simultanément ici et là..."

Le roman développe un monde où seuls les croyants en Yölah, le Dieu unique, ainsi qu'Abi, son délégué sur Terre, sont tolérés. Personne ne remet en cause la foi, unanime, et chacun semble heureux, pris dans le tourbillon d'un quotidien ancré dans le dévouement, l'adoration et la soumission. Bien entendu, l'Appareil et les inquiétants V surveillent la population. Pourtant Ati, le héros, va mettre en doute sa croyance au cours de son séjour dans le sanatorium du Sîn. Dès lors, une fois le doute instiller en lui, Ati aura du mal à s'en dépêtrer malgré sa volonté de se conformer au modèle de vie du parfait croyant.

"Et, tout à coup, il eut la révélation de la réalité profonde du conditionnement qui faisait de lui, et de chacun, une machine bornée et fière de l'être, un croyant heureux de sa cécité, un zombie confit dans la soumission et l'obséquiosité, qui vivait pour rien, par simple obligation, par devoir inutile..."

Comme son titre l'indique, le roman de Sansal fait directement référence à l'œuvre culte de George Orwell, "1984". Les portraits d'Abi - munis d'un seul œil et surnommés Bigaye - placardés dans la ville de Qodsabad rappellent le "Big Brother watching you". Dans "2084", le monde d'Abistan se trouve sous surveillance religieuse. La justice se confond avec cette dernière et chaque mois les citoyens sont soumis à des contrôles exécutés par les juges de la Juste Fraternité, qui transforment les salles de cérémonies en salle d'interrogatoire afin de soumettre chacun à la sainte Examination en vue de  l'attribution d'une note. Ensuite vient le Core, le Conseil de Redressement, qui est chargé de faire disparaître les fidèles défaillants. Car l'Abistan ne peut tolérer que des adeptes de Balis le Renégat existent.

On comprend que Sansal dénonce les dérives possibles de l'extrémisme religieux, et "2084" est excellent en terme d'univers. C'est presque kafkaïen lorsque Ati et Koa essaient de se rendre à l'Abigouv. On suit donc sans mal l'histoire de ce monde replié sur lui-même au point que les habitants d'un quartier ne connaissent pas ceux des quartiers voisins.

Pourtant la narration n'arrive pas à suivre un rythme prenant et au jour le jour, et elle se perd en digressions, certes utiles, mais qui coupent le lecteur du temps présent. On ne voit quasiment jamais le héros évoluer en temps réel et le récit ne parvient pas à devenir haletant ou épidermique. On survole l'histoire, par une vision globale et toujours en recul ou en analyse, mais jamais en action.

"Mais, pis, il aurait trouvé des indices donnant à penser que le Gkabul, notre Gkabul, existait en ce temps, donc avant la naissance d'Abi, notre Abi, le délégué, ce qui ne se peut, et était déjà dénoncé par tous comme une forme gravement dégénérée d'une brillante religion d'alors que l'Histoire et les vicissitudes avaient cependant mise sur une mauvaise pente..."

 

Certes "2084" est bien écrit et l'on voudrait louer ses bonnes intentions, malgré tout on ne peut qu'être déçu par son exposé qui laisse le spectateur trop à l'écart de l'aventure. Ainsi l'amitié entre Koa et Ati ne nous est pas restituée. Le danger qu'encourt Ati est clairement estompé. Et le plan machiavélique de Ram nous passe totalement au travers et nous laisse froid. Dommage que le propos de Sansal ne nous implique pas outre mesure en tant que lecteur.

"2084" est donc un très bon conte philosophique qui décrit davantage qu'il ne fait vivre, à ne pas confondre avec un roman prenant.

R.P.



12/11/2015
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour