Contre-critique

Contre-critique

"Bran Mak Morn" de R.E. Howard


"Bran Mak Morn" de Robert E. Howard.

"Trente hommes! Trente, c'était tout ce qui restait des cinq cents qui avaient marché avec une telle arrogance depuis le mur d'Hadrien. Zeus, quel plan insensé!"
Avec ce recueil de nouvelles traitant du peuple guerrier des "Pictes", Howard nous offre un florilège de batailles épiques, parmi lesquelles "Les rois de la nuit" et "La nuit du loup" sont les plus mémorables. Un souffle de grandeur envahit ces histoires qui nous livrent des affrontements spectaculaires et barbares.
"Deux guerriers s'écroulèrent, le crâne fendu, alors qu'ils essayaient de se jeter sur moi. Puis l'un d'eux, se hissant au-dessus des épaules des autres, me transperça la cuisse d'un jet de lance. Poussant un rugissement vengeur, je frappai sauvagement et l'embrochait comme un rat."
Les pictes sont un peuple barbare, obtu, sans pitier mais présenté comme des héros face aux romains prétentieux, civilisés mais d'autant plus cruels et irrespectueux.
La magie abrite également les nouvelles, comme dans "L'homme noir", "La race perdue", ou encore "Le peuple des ténèbres", excellente histoire fantastique racontée à la première personne du singulier.
"L'assaillant de trois côtés à la fois, ils l'avaient contraint à reculer lentement jusqu'à ce qu'il se retrouve adossé à la paroi abrupte de la falaise. Les cadavres recroquevillés qui gisaient tout le long de sa retraite témoignaient de la férocité avec laquelle chaque pouce de terrain avait été disputé."
La narration est toujours aussi palpitante chez Howard, et chacune des nouvelles de ce livre est prétexte à la rencontre des peuples. On y découvre Pictes, Romains, mais aussi Vikings et Celtes (qu'ils soient Gaëls ou bretons), au cours d'alliances et de conflits mémorables. Les personnages charismatiques tels Wulfhere, Cormac ou Bran apparaissent dans plusieurs nouvelles.
"...Tout comme les paroles et les actes des hommes ne donnent qu'une piètre idée des pensées glauques qui se nichent dans les profondeurs et les recoins obscurs de l'esprit humain."
Il est à déplorer le récit "Les enfants de la nuit" dans lequel Howard se complait dans un besoin de lutte inter-raciale, un atavisme belliqueux et gratuit.
Malgré tout le plaisir de lire Howard immense et on dévore ce divertissant recueil sans aucune difficulté.
R.P.


19/02/2010
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour