Contre-critique

Contre-critique

"Dr Mukti" de W. Self

9782757809211.jpg
 

"Dr Mukti" de Will Self.

 

"Ce que David Elmley n'avait jamais soupçonné - principalement parce qu'il avait été marié lui-même que six mois avec une thésarde japonaise en quête de permis de séjour -, c'était que, depuis longtemps déjà, la relation sexuelle de Shiva et Swati s'était caltée en bagnole dans le désert, avait incendié le véhicule, mis un pistolet dans sa bouche et appuyé sur la détente."

La première partie du roman dresse le portrait des principaux protagonistes. On y découvre Shiva Mukti, le héros hindou du roman, un homme frustré dans sa sexualité, à cause de sa femme Swati qu'il n'a plus pénétré depuis leur premier enfant, et dans son travail, à cause de son poste de psychiatre à l'hôpital St Mungo rempli de skizophrènes incurables. Avec son ami d'enfance David Elmley, il ressasse sa mauvaise humeur et sa médisance pour son rival Zack Busner qui travaille à Heath Hospital. Et lorsque dans la deuxième partie du roman, Busner demande son opinion à Shiva Mukti sur le cas d'un patient fétide nommé David Juniper, c'est, pour Shiva, le début de la guerre entre les deux docteurs qui s'échangeront leurs patients respectifs.

"Parce que, bien qu'il n'eût jamais exprimé cette pensée - mieux valait qu'elle restât informulée s'il ne voulait pas être taxé de sectarisme -, il était évident que Busner était juif et, en tant que tel, il devait avoir accès, sinon aux lumières qui assuraient son avancement, du moins à certains amis compatissants haut placés qui lui garantissaient la pérennité de sa situation."

L'écriture de Will Self, comme on peut le voir ci-dessus, est tout à la fois provocante, truculente et admirablement tournée. Ce mélange de style, fait de familiarité et d'érudition ornementale, pourra peut-être déstabiliser le lecteur inapprivoisé, mais une fois assimilé, ce rapprochement antinomique et bourré d'humour féroce fera l'effet d'une bombe. Will Self a la capacité de décoiffer le lecteur.

Personnage récurrent dans l'œuvre de l'auteur, Zack Busner, qui apparaît notamment dans "Les Grands Singes", tient ici le rôle du psychiatre ennemi sans le savoir. Le trio formé par Busner, Mukti et Elmley est jubilatoire pour le lecteur, car chacun à sa façon sombre dans l'illusion de la connaissance de l'état des autres. Et Mukti, qui demeure au départ le plus paranoïaque des trois, semble aussi le personnage le plus atteint.

"Pourquoi, papa ? demanda Shiva à haute voix devant la boutique du fleuriste à côté de la bouche de métro. Pourquoi ne pouvais-tu pas m'aimer comme un père doit aimer son fils ? Après tout, j'étais ton enfant unique."

Face à l'absurde rivalité, le lecteur va bientôt comprendre que son héros Shiva Mukti est lui aussi un homme déséquilibré. Et sous l'ordonnance de sa femme, il ira consulter un spécialiste, le psy Gunnar Grunbein. L'auteur nous montre ainsi que chacun, même les psychiatres, parfois submergé par les problèmes, peut basculer et franchir la limite qui le sépare de la folie.

Le dénouement s'avère dramatique et peu vraisemblable mais il choisit l'intransigeance et a le mérite de d'amener les personnages à l'apothéose de leur folie.

Un roman court, proche de la nouvelle, parfait pour aborder cet auteur déviant.

R.P.



18/03/2015
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour