Contre-critique

Contre-critique

"La machine à explorer le temps." de H.G. Wells

La_machine_a_explorer_le_temps.jpg
 

"La machine à explorer le temps" de H. G. Wells.

 

"Alors je m'aperçus du comique de la situation : la pensée des années que j'avais employées en études et en labeurs pour parvenir aux âges futurs, et maintenant l'ardente angoisse d'en sortir. Je m'étais fabriqué le traquenard le plus compliqué et le plus désespérant qu'un homme eût jamais imaginé."

Première œuvre de Wells, cette "machine à explorer le temps" narre le voyage d'un homme, créateur d'une machine capable de naviguer dans la quatrième dimension, à savoir le temps. Tout le récit se déroule dans la demeure de l'Explorateur du temps, qui convoque notre narrateur, accompagné entre autre d'un journaliste et d'un philosophe, pour présenter sa machine. Puis pour exposer le récit de son voyage solitaire dans les âges futurs.

Il faut attendre les chapitres IV et surtout V "Dans l'âge d'or", pour découvrir le monde hors de notre temps. L'aventure y est relativement indolente et cela ne subjugue pas vraiment. Le récit se révèle assez lent et calme bien que ponctué de rebondissements. On est loin du rythme endiablé du très prenant "La guerre des mondes" que l'on vous recommande vivement.

"Pourtant, quelque impuissants que fussent les petits êtres en présence de leur mystérieuse crainte, j'étais constitué différemment. J'arrivais de notre époque, cet âge mûr de la race humaine, où la crainte ne peut arrêter et où le mystère a perdu ses épouvantes. Moi, du moins, je me défendrais."

La scission de la population en deux camps distincts, les Morlocks et les Eloïs, reflète une distinction exacerbée entre ouvrier et capitaliste, et ce n'est pas une métaphore, l'Explorateur du temps l'exprimant très clairement. Pourtant le message social n'est pas mis en valeur et les péripéties, comme l'amourette que le héros entretient avec la petite Weena, demeurent superficielles. On sent nettement qu'il s'agit là d'une première œuvre, pas totalement aboutie, et même plutôt légère, dont le thème, précurseur pour l'époque de sa rédaction, a si souvent été repris depuis, qu'il ne fait plus l'effet escompté sur le lecteur d'aujourd'hui. Contrairement à "La guerre des mondes" qui demeure lui, aujourd'hui encore, passionnant et fort haletant.

On est donc loin du meilleur de Wells, et ajoutons qu'on pourrait se passer de ce premier essai.

R.P.



21/06/2017
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour