Contre-critique

Contre-critique

"La maison aux fenêtres de papier" de T. Day


"La maison aux fenêtres de papier" de Thomas Day.

Ce nouveau roman de Day tient du manga et des histoires de gangsters nippons. C'est un divertissement plein d'action et de rebondissements qui nous conte la vie de Sadako Nagasaki, une femme-panthère qui se retrouvera à la tête du clan Nagasaki et qui poursuivra, à travers la recherche de son fils, la lutte fratricide que menait son père contre le chef yakuza du clan Hiroshima.
"Elle vise à hauteur d'épaule, bloque sa respiration. Son Glock chuinte deux fois. Un  corps tombe."
L'écriture, fluide et rythmée, nous offre une lecture facile et agréable, et les situations sont très cinématographiques, tandis que l'histoire est violente et crue, tant au niveau des affrontements qu'au niveau du sexe.
"Elle se souvient surtout du medecin occupé à lui nettoyer puis lui recoudre l'entrejambe, faisant exprès de mettre ses doigts gantés en elle, dans sa chatte déchirée, dans son trou du cul rendu poisseux par le sang..."
Le récit mêle yakuzas, démons, vengeance, duel au sabre et gunfight avec habileté.
A noter que le début et la fin du roman sont deux versions totalement différentes, d'une histoire d'épée tueuse de démons, appartenant à l'héroic-fantasy.
"L'épée tournoya sur les six pas de sa trajectoire courbe et cloua le démon à son trône. Un sang sombre, acide, jaillit de la poitrine transpercée..."
A conseiller aux adeptes.
R.P.


07/02/2010
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour