Contre-critique

Contre-critique

"La maison où je suis mort autrefois" de K. Higashino

la-maison-ou-je-suis-mort-autrefoisM70403_1.jpg

"La maison où je suis mort autrefois" de Keigo Higashino.

 

"Il était clair qu'il y avait quelque chose de grave. Sinon elle ne se serait pas adressée ainsi à moi, son ancien petit ami, uniquement parce qu'elle avait des doutes au sujet de son père. Mais je ne savais pas quelle décision je devrais prendre quand elle m'aurait expliqué la situation."

Le roman débute avec le coup de fil de Sayaka, une ex petite amie du narrateur, qui demande à ce dernier de le rencontrer, pour lui faire part d'une requête. Après avoir formé un couple avec elle, six année durant, notre narrateur a toujours un faible pour Sayaka et espère secrètement renouer avec elle. Mais l'étrangeté de ce qu'elle va lui demander va rapidement les obnubiler tous les deux.

Démarre aussitôt un suspense prenant qui emporte le lecteur vers l'inconnu. Sorte de quête proche de la chasse au trésor, on découvre au fil des pages un itinéraire imprévisible et enivrant, fait de calmes découvertes. Le rythme est lent mais passionnant et l'on dévore les pages du premier chapitre pour savoir où va mener l'exploration des protagonistes au sein de cet univers étrange.

Attention, ne lisez surtout pas la honteuse quatrième de couverture, qui vous dévoile beaucoup trop de choses sur Sayaka !

Bien sûr ce roman est classé dans le registre du polar, mais il est plus subtil qu'il n'y paraît et, parfois, s'approche presque du surnaturel. Son ambiance se détourne du quotidien et du réalisme, et nous entraîne vers l'inconnu car ni les protagonistes ni le lecteur ne savent où l'investigation va les mener.

À noter tout de même que le roman, au cours de la recherche d'indices à l'intérieur de la maison, subit une sensible baisse de régime.

"Nous refermâmes toutes les fenêtres avant de sortir par le sous-sol, comme à notre arrivée. La pluie semblait ne pas vouloir se calmer, et nos vêtements furent trempés le temps de courir jusqu'à la voiture, qui n'était pourtant pas bien loin."

L'originalité de ce roman réside dans le fait qu'en dehors de Sayaka et du narrateur, il n'y a quasiment aucun protagoniste. Et toute leur enquête se déroule en huis clos, dans une maison fantomatique. Ne faisant que des découvertes d'ordre matérielles, notre binôme n'a aucun échange ou interaction avec d'autres individus.

Le rebondissement final s'avère plutôt inattendu et la conception globale du récit, ainsi que son déroulement, sont bien maîtrisés. Malgré tout, et bien que l'on en apprécie l'ensemble, ce n'est pas un roman scotchant, plutôt une curiosité agréable mais qui manque de force.

R.P.



16/09/2017
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour