Contre-critique

Contre-critique

"La route" de C.McCarthy

 

"La route" de Cormac McCarthy.

 

"La cire s'égouttait sur les pierres. Les empreintes de créatures inconnues dans le loess nécrosé. Dans  ce  couloir froid ils avaient atteint le point de non-retour qui depuis le commencement ne se mesurait  qu'à  la lumière qu'ils portaient avec eux."

Auteur qu'on ne présente plus et dont l'adaptation cinématographique de ses romans se multiplie, McCarthy a obtenu le prix Pulitzer grâce à son roman d'anticipation "La route".

Ce livre suit le parcours de deux êtres, un père et son fils, dans un monde dévasté et glacial où les hommes s'entretuent pour survivre.

"La neige lui arrivait presque aux genoux. Dans le champ le carex mort était à peine visible sous la  neige et la neige alignait ses traits de rasoir en haut des fils de fer de la clôture et le silence était à  bout de souffle."

Le récit de cet homme en bout de course qui est prêt à tout pour sauver son fils et survivre malgré l'horreur de leur situation est prenant. L'univers que crée McCarthy, un monde de solitude, de misère et de froid, véritablement apocalyptique, dans lequel la nourriture fait cruellement défaut, semble déjà vu et pourtant il lui insuffle quelque chose de véritablement particulier. De part son approche quotidienne et inaltérable, ainsi que par l'inexplicabilité de la situation, il nous livre un monde singulier.

L'homme et son fils sont en quête perpétuelle d'abris et de nourriture au cours de leur périple vers le Sud, qui ne pourra les éloigner des territoires hostiles dont le plus grand danger provient de leurs semblables.

"Et sur la rive d'en face une créature qui levait sa gueule ruisselante au-dessus de la vasque de  travertin et regardait fixement dans la lumière avec des yeux morts blancs et aveugles comme des  oeufs d'araignée."

Le style est totalement surprenant puisque McCarty fait preuve de tournures grammaticales tantôt laconiques tantôt chargées et qu'il fait une utilisation excessive de la conjonction: "et". Ceci n'enlève rien à sa qualité d'écrivain mais cela donne lieu à des phrases improbables telles:

"Il tendit le bras et prit la bouteille et l'inclina et alluma la mèche et souffla la flamme dans le plat et  passa la bouteille fumante au petit."

Bien que "La route" ne soit pas basée sur l'action et que les péripéties soient répétitives, McCarthy écrit un livre prenant et intriguant qui en tiendra plus d'un en haleine devant cette lutte acharnée et pleine d'espoir, ce voyage macabre qui est pourtant poignant de vie et de poésie. A lire.

R.P.



03/09/2010
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour