Contre-critique

Contre-critique

"Le cycle des robots 1" de I. Asimov


"Le cycle des robots 1" de Isaac Asimov.

Avec ce premier tome Asimov rompt avec les traditionnels robots des années 30, qui se retournaient sans cesse contre leur créateur, et nous livre des robots réagissants selon les règles logiques implantés dans leurs cerveaux positroniques et restant constamment au service de l'homme.
"Un robot ne peut porter atteinte à un être humain ni, restant passif, laisser cet être  humain exposé au danger."
On retrouve la patte d'Asimov dans l'écriture, avec une base essentiellement portée sur les dialogues ainsi que sur les situations problématiques dont les personnages seront amenés, via leur réflexion, à résoudre. Ici les problèmes reposent sur les robots et leur fonctionnement.
Dès la première partie, Asimov nous livre un robot équivalent à l'humain quant au lien indéfectible qui se crée entre lui et l'homme. Le robot, nommé Robbie, est considéré par une petite fille comme un être humain. De par leur rapport, le robot va, de lui-même, déclencher des élans protecteurs envers l'enfant, de la même manière que le ferait un adulte humain. Asimov nous apprivoise aussitôt et nous dévoile un robot touchant malgré sa condition et l'oppose aux créatures effrayantes que le monde imaginait.
Par la suite on découvre Donovan et Powel, deux chercheurs chargés d'assurer le bon fonctionnement de robots qui semblent défectueux.
La troisième partie étant très intéressante, car on y voit notre duo faire face à Q.T., un robot qui parle et s'interroge sur sur sa condition et son origine. Ce robot-Descartes qui pense fera presque perdre la tête aux deux compères, en élaborant des théories logiques et invraisemblables. Q.T. créera même sa propre religion. A lire absolument !
La cinquième partie du roman fait place à Herbie, le robot télépathe. Les protagonistes devront affronter un robot au pouvoir qui les dépasse et la situation leur échappera complètement. Tout simplement géniale, cette partie est la meilleur du livre. De plus vous y découvrirez Susan Calvin, héroïne et chef psychologue de l'US robots.
Ensuite vous découvrirez des robots dont la 1ère loi modifiée leur donnerait la possibilité de ne pas intervenir au devant d'un danger encouru par les humains. Excellente chasse psychologique en perspective pour retrouver le Nestor 10 qui se cache parmis ses semblables.
Avec Evasion, on assiste au premier vol interstellaire.
Vint alors une partie où un membre du gouvernement est suspecté d'être un robot. Asimov nous livre la possibilité d'une humanité gouvernée par les robots.
Extrêmement variés, les histoires, tantôt cocasses tantôt angoissantes, qui composent le roman sont portées par la réflexion de l'auteur, qui développe habilement sa vision de l'univers robotique. Asimov nous pousse à l'acceptation du robot dans notre société, sans pour autant le faire de façon idyllique.
Divertissant et intelligent, Le cycle 1 des robots est bien mieux que Fondation !

R.P.


01/06/2010
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour