Contre-critique

Contre-critique

"Le Jour de la Gratitude au Travail" de A. Itoyama

 

"Le jour de la gratitude au travail" de Akiko Itoyama.

 

"Le Jour de la Gratitude au Travail, qu'est-ce que vous voulez qu'il me fasse, c'est un jour comme les  autres pour les sans-emplois. Ou alors vous allez peut-être me dire de remercier humblement la société ?"

Ainsi débute ce court récit d'Itoyama, dans lequel on découvre Kyôko, une célibataire de 36 ans qui est au chômage et qui vit avec sa mère. Kyôko a été renversée par un véhicule lorsqu'elle était en vélo, et sa voisine lui est venue en aide ; cette dernière organise ensuite une rencontre arrangée entre Kyôko et un homme appelé Kiyoshi.

"Chose bizarre, les femmes qui aiment les enfants ont l'air douces et celles qui disent les détester ont l'air  méchantes. Bien sûr, tout le monde sait que les enfants ne sont pas des anges. Ils sont sales, ils  mentent, ils font des caprices, ils sont niais et enquiquinants au possible."

Kyôko raconte un moment de sa vie, le 23 novembre, jour de la fête nationale du travail, alors que la rencontre arrangée va tourner à la catastrophe. Kiyoshi ne correspondra que trop peu à l'idéal de l'héroïne, quoi qu'en pense sa mère et sa voisine, toutes deux veuves.

Narré à la première personne du singulier, ce récit pour lequel Itoyama a été couronnée du prestigieux prix Akutagawa, est fourni d'un humour désopilant. Les pensées de la protagoniste nous sont dévoilées tout au long du texte et apportent un cynisme réellement pertinent. On se prend immédiatement d'affection pour ce personnage sincère et touchant, au tempérament bien trempé, et on suit le déroulement de sa pensée avec joie. Itoyama, en miroir de son héroïne, en profite pour dénoncer la condition des femmes au travail, ainsi que le statut difficile de sans-emploi. Et le finesse dans l'écriture et l'analyse efficace des situations séduisent au plus au point.

"J'ai vu rouge et je lui ai sauté dessus, revenue à moi, j'agrippais ses cheveux de la main gauche et la  droite armée d'une bouteille de bière qui traînait par là, je le frappais au visage qui rendait un son  mou."

Le second texte qui constitue ce roman s'intitule "J'attendrai au large". Il raconte le parcours de Oikawa une femme qui affectée dans la même société que Futo, celui qui deviendra son collègue et ami. Itoyama se fait beaucoup moins grinçante dans ce second texte, plus orienté vers la mélancolie et l'amitié. Le roman détient de l'humour donc, du sentiment véritable et il s'accompagne d'une pointe de poésie, très appréciable.

Ce "Jour de la gratitude au travail" est hautement recommandable, il se dévore avec plaisir, du fait qu'il se rapproche d'un recueil de deux nouvelles, malignes et intelligentes.

R.P.



07/01/2013
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour