Contre-critique

Contre-critique

"Le soleil des Scorta" de L. Gaudé

soleil_scorta-187x300.jpg
 

"Le soleil des Scorta" de Laurent Gaudé.

 

"Une légende courait dans le village qu'à cette heure, un jour, un homme remonté un peu tard des champs avait traversé la place centrale. Le temps qu'il atteigne l'ombre des maisons, le soleil l'avait rendu fou. Comme si les rayons lui avaient brûlé le crâne. Tout le monde, à Montepuccio, croyait en cette histoire."

Voici le récit tragique d'une famille, celle des Scorta. Mais au-delà des personnages, Laurent Gaudé nous offre le récit d'un village, celui de Montepuccio, aux environs de Naples. Là où les habitants se connaissent tous, là où la rumeur donne la fièvre à des hommes accablés de soleil, là où la religion chrétienne tient une place privilégiée mais où les traditions du village priment incontestablement au-dessus de tout. Ainsi une parole donnée est plus importante encore que les volontés d'un religieux, et les habitants pourront se rebeller contre un curé, comme ils le feront avec Don Carlo Bozzoni.

"Juste avant de s'aliter pour mourir, il a passé la main dans mes cheveux. Sans rien dire. Il ne le faisait jamais. Il a glissé sa main d'homme sur ma tête, doucement, et je n'ai jamais su si ce geste était une malédiction supplémentaire ou la marque d'une affection. Je n'ai jamais pu choisir."

Tout commence en 1875, avec Luciano Mascalzone, un bandit qui prit le risque insensé de venir à Montepuccio pour coucher avec Filomena. Mais dans cette dernière volonté, Luciano se trompa et déflora Immacolata, sa sœur. De cet acte naquit Rocco Scorta Mascalzone, qui deviendra un fléau aussi craint que respecté par tout Montepuccio. On suivra alors la descendance de Rocco, deux garçons, Domenico et Giuseppe, et une fille, Carmela. Se joindra ensuite à eux un troisième garçon, Raffaele.

Leur histoire se partagera entre force fraternelle et unifiée, et misère commune faite de déconvenues et de frustrations. Mais ce qu'on prenait au départ pour un destin maladif - père qui déshérite ses enfants, voyage à New York malchanceux, commerce de tabac difficile - les Scorta y échapperont plus ou moins, notamment avec le dévouement de Raffaele et l'appui de don Salvatore qui enverra ses fidèles au tabac des Scorta. Malheureusement, le temps passe, les fils grandissent, deviennent parents et meurent, le monde continuant de tourner sans eux. C'est d'ailleurs le message de Gaudé, l'homme n'est que peu de chose, rapidement oublié et ne laissant rien de son passage sur terre.

"À la vie également qui leur offrait ce banquet qu'ils n'oublieraient jamais. On mange dans le Sud avec une sorte de frénésie et d'avidité goinfre. Tant qu'on peut. Comme si le pire était à venir. Comme si c'était la dernière fois qu'on mangeait. Il faut manger tant que la nourriture est là. C'est une sorte d'instinct panique."

Ce roman est également une sorte de Carpe Diem, les personnages prennent ce qu'ils peuvent durant leur passage, puis s'en vont. Ils cherchent surtout l'argent, parfois l'amour ou la nourriture, se sacrifiant au profit de la famille, seule chose les rattachant les uns aux autres.

Gaudé développe beaucoup de malheurs, des joies simples, un soleil écrasant, une terre aride, quelques saveurs, et un village inextricablement lié à tout le reste.

Le passage de relai entre les générations de Scorta qui se succèdent est agréablement elliptique mais complique l'empathie que pourrait avoir le lecteur pour les nombreux protagonistes. Ainsi l'efficacité des rencontres et des disparitions de personnages s'atténue au profit d'un regard plus lointain sur la lignée Scorta. Pourtant le plaisir de lecture persiste, sans que l'on sache réellement où l'auteur veut nous mener, du moins jusqu'à la comparaison finale entre l'homme et les olives, comparaison marquante et qui donne tout son sens au roman.

Tout comme dans "Cris", Laurent Gaudé applique sa vision pessimiste de l'activité humaine, et dresse par le détail sa vision globale de l'humanité.

R.P.



05/03/2015
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour