Contre-critique

Contre-critique

"Les frères Sisters" de P. deWitt

 

"Les frères Sisters" de Patrick deWitt.

 

"Sa tête pivota vers nous, mais ses traits restèrent dissimulés dans les ombres fuyantes. "Croyez-vous que j'ignore quel genre d'hommes vous êtes ? demanda-t-elle en désignant d'un doigt tordu les pistolets à nos ceintures. Pour qui essayez-vous de vous faire passer, et pourquoi ?""

Surprenant ! Tel est le mot qui nous vient à l'esprit à l'évocation de ce roman de Patrick deWitt, sorte de road movie littéraire dans lequel on va suivre au jour le jour la quête d'Eli et Charlie, deux frères assassins. Deux tueurs chargés par le Commodore d'éliminer un inconnu, un nommé Hermann Kermit Warm.

Le roman surprend car rien ne s'y passe jamais comme prévu et les évènements prennent souvent une tournure inattendue.

"- Tu ne dors pas bien la nuit ? me demanda Charlie avec le plus grand sérieux.

- Non, répondis-je. Et toi non plus.

- Je dors comme une souche, protesta-t-il.

- Tu pleurniches et tu gémis."

La narration est assurée par Eli, le plus sensible et le plus pondéré des deux frères, tandis que Charlie se révèle être le dur à cuir, celui qui est porté sur l'alcool et l'excès. Pourtant nos deux tueurs ne vont que rarement passer à l'action, et le lien qui les unit sera bien plus fort qu'il n'y paraît.

L'action se déroule dans l'Amérique de 1851, en pleine ruée vers l'or, et les deux frères partiront d'Oregon city pour rejoindre San Fransisco. Et leur périple sera parsemé de péripéties cocasses.

"- Quel est le problème ? demandai-je.

- J'en ai assez, dit-il. Tout le monde me donne des coups sur la tête.

- Tu as de la chance que je ne t'aie pas mis une balle dedans, lança Charlie."

Western décalé, "Les frères Sisters" est doté d'un humour savamment dosé. Il va permettre au lecteur de ne pas dramatiser les situations délicates, et de prendre de la distance par rapport au statut effrayant de nos deux héros. De la sympathie va alors se dégager de leurs aventures qui, sans humour, seraient cruellement plombantes, car d'une tristesse profonde. Pour autant, le roman ne vous fera pas vraiment rire, mais plutôt sourire, puisqu'il possède une écriture caustique plaisante.

Eli et Charlie exécute les ordres du Commodore sans se poser de questions, vivant un quotidien à la fois varié et routinier. Car les rencontres sont toujours surprenantes et imprévues mais les deux frères se connaissent bien et réagissent avec constances.

"...et me dit qu'il voulait aller au saloon de l'autre côté de la rue. Il m'invita à l'accompagner et, malgré mon peu d'envie de le voir se transformer en bête sous l'effet de l'alcool, je ne souhaitais pas non plus rester seul dans la chambre d'hôtel (...) Le grincement d'un lit qui gémit sous le poids d'un homme qui ne trouve pas le sommeil est le son le plus triste que je connaisse."

"Les frères Sisters" prend parfois une tangente presque surnaturelle en jouant avec le superstitieux, mais reste ancré dans le réel, bien que les personnages rencontrés rendent les situations quasi surréalistes. Eli sera par exemple la victime grotesque du poison d'une araignée, son cheval Tub subira de rudes épreuves aussi incroyables que terribles. Les personnages secondaires seront tous attachants, que ce soit les animaux ou les hommes louches, les femmes difficilement discernables ou encore le malchanceux docteur Watts. Tous vous feront passer d'agréables moments, au fil de chapitres courts, efficaces et divertissants.

Mais le fond du roman est bien trouble ; le sort s'acharne inexorablement sur le destin sordide de tous les personnages croisés par nos deux héros. Roman noir donc, ce western presque désopilant garde tout de même une lucidité troublante.

"Il le savait, et il avait peur. Va-t-il devenir croyant pour passer de l'autre côté, et implorer Dieu de l'envoyer au paradis ? me demandai-je. Mais non, l'homme était trop sincèrement incroyant pour souscrire à une lâcheté de dernière minute."

Étrange et inventif, "Les frères Sisters" possède une force visuelle qui nous permet de pleinement vivre les aventures des deux frères tueurs qui ne tuent pas beaucoup finalement et qui tentent simplement de survivre dans un monde tourmenté et cocasse. À tenter !

R.P.



23/02/2013
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour