Contre-critique

Contre-critique

"Plein gaz" de J.Hill et S.King

6a0120a864ed46970b019b04422750970d-120wi.jpg
 

"Plein gaz" de Joe Hill et Stephen King.

 

"Certains d'entre eux voyaient peut-être la salle de bains, après que Roy Klowes eut fini de découper la fille. Ou bien ils se rappelaient Clarke, face contre terre dans la poussière, à quelques pas de la porte de derrière ; son cul en l'air, son pantalon souillé de merde et la lame de la pelle plantée dans son crâne, le manche dressé."

Alors que Stephen King et son fils se réunissaient pour écrire "Plein gaz", une nouvelle rendant hommage à Richard Matheson, le lecteur avait de quoi se réjouir, car l'occasion semblait toute trouvée pour lui de se délecter du récit nerveux mettant en scène une course-poursuite entre un camion et des motards. Or le désenchantement opère dès les premières pages. L'entrée en matière est d'une platitude consternante et il n'y a strictement aucune véritable accroche parmi les premières dizaines de pages, ce qui est d'autant plus fâcheux que c'est une nouvelle de moins de cent pages.

Les bikers n'ont que peu de charisme, les différents personnages sont à peine esquissés, et la seule chose à retenir de ce projet s'avère la rivalité entre les personnages d'un père et son fils, respectivement Vince et Race, qui fait vaguement écho à la situation des écrivains eux-même.

"Le second pilote (Doc. Non, pas Doc !) fut déporté sur la voie de gauche. Vince eut une brève vision du visage exsangue, stupéfait, de Doc, dont la bouche formait un O. La dent en or qui faisait sa fierté scintilla l'espace d'un éclair.Il perdit le contrôle, heurta la barrière de sécurité, et valdingua par-dessus le guidon."

L'écriture, comme on peut le voir ci-dessus, est vraiment bâclée. Elle ne déploie ni la force des grands espaces, ni l'impression de vitesse ou de danger. Même l'histoire du laboratoire clandestin semble fumeuse et bancale. Bref, le lecteur n'aura que peu d'images à se mettre sous la dent, et il ne se sentira aucunement impliqué, ni par le suspense ni même par l'intrigue. L'action manque réellement de clarté, et ce qui s'annonçait comme un récit court et efficace ne s'avère qu'un moment de lecture périlleux. Vous l'aurez compris, "Plein gaz" déçoit fortement, il s'agit d'un texte qui sera vivement déconseillé aux amateurs de sensations fortes qui devraient passer leur chemin sans hésitation.

R.P.



06/03/2015
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour