Contre-critique

Contre-critique

"Profession du père" de S. Chalandon

9782246857136FS.gif
 

"Profession du père" de Sorj Chalandon.

 

"Mais ce soir, rien. Pour la troisième nuit depuis le putsch rebelle, mon père n'a pas levé la main sur moi.

Je suis entré dans mes draps rêches. Avant le sommeil, je me suis imaginé avec mon père et Ted, au moment de l'accident. J'ai couru sur la piste pour ramasser le bras sanglant."

Émile Choulans a vécu sous la tutelle de son père, André, un homme violent, colérique et mystérieux. Mais alors que le roman s'ouvre au moment de la crémation du père, Émile revient sur son enfance, en 1961, lorsqu'il était collégien.

Après son réussi "Le quatrième mur", Sorj Chalandon développe ici les liens étroits et les règles strictes qui régissent la famille Choulans. Avec la mère aimante mais totalement soumise, le père autoritaire et tyrannique, et le fils qui se laisse embarquer dans la guerre que mène son paternel. Car André est agent secret et voudrait lutter contre de Gaulle, aux côtés de l'OAS, pour que l'Algérie reste française. Ce père imposant va alors monter le commando Charles Martel et y entrainer son fils en lui confiant diverses missions. À commencer par écrire sur les murs de la ville, à la craie, des revendications, en se méfiant "de la police, des communistes et des Arabes".

"Et puis elle s'est mise à pleurer. Tristesse, désespoir. Son visage n'était plus le sien. elle s'est tiré les cheveux, s'est frappée le torse. Je me suis enfui vers la chambre, sa détresse plantée dans mon dos. J'ai fermé la porte. Je me suis assis par terre, entre le mur et le bureau, tête dans les mains."

Ce roman révèle l'attachement d'un fils à son père, quelle que soit l'éducation reçue. Ainsi Émile va marcher dans les pas de son père, même si ce dernier lui inflige un traitement de choc, à savoir de sévères et régulières réprimandes physiques à chaque incartade, des réveilles intempestifs au milieu de la nuit, des punitions inconsidérées telles que privation de nourriture et obligation de rester à genoux des heures durant. Autant dire qu'à l'heure où la fessée est interdite, le jeune Émile Choulans subit une véritable maltraitance. Et le pire c'est que la mère, malgré son amour pour son fils, ne met pas réellement en œuvre des moyens pour empêcher ses mauvais traitements. Le père incarne donc pour le lecteur une figure haïssable, pourtant le fils acceptant son sort et voulant bien faire, crée un lien attachant entre ces deux êtres.

Ce qui est extrêmement intéressant, c'est de voir comment Émile, malgré quelques doutes soulevés concernant la véracité des missions confiées par son père, va peu à peu prendre le même chemin que lui et s'enfermer dans un quête relevant davantage du fantasme que de la réalité, tout en y embringuant son camarade Luca Biglioni. À l'instar de son père, Émile va, par mimétisme et piété filiale, pousser son camarade Luca de plus en plus loin, jusqu'au point de rupture.

Au niveau psychologique, l'embrigadement de Luca par Émile est aussi jouissif qu'effrayant. Quant au chapitre 12, passage critique dans lequel Émile change d'attitude vis à vis de son père, le récit y devient captivant et admirablement tendu.

"Ma mère et moi, attendant qu'il s'endorme, chacun devant son coin de table. Elle n'osait pas bouger. Ni débarrasser, ni parler, rien. Elle attendait les premiers ronflements de son homme."

Bien que les trois quarts du roman se passent durant l'enfance d'Émile, la fin nous le montre adulte, tandis qu'il effectue les dernières visites à ses parents. Ces derniers, devenus vieux et fragiles, se trouvent toujours plus ingrats et froids avec leur enfant. Sous la dureté du père, on découvre comment l'ascendance parentale perdure malgré le temps qui passe et la vieillesse.

S'achevant avec émotion, par le biais d'une incertitude aussi crispante que magistrale dans sa tournure, "Profession du père" révèle des qualités indéniables, et nulle doute qu'il renferme de quoi marquer les esprits, de par ses situations extrêmes, son réalisme psychologique, et son écriture sèche et simple. Ce nouveau roman nous prouve que Sorj Chalandon a encore des choses importantes à dire, alors prenez le temps de l'écouter.

R.P.



08/10/2015
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour