Contre-critique

Contre-critique

"Survivant" de C.Palahniuk

"Survivant" de Chuck Palahniuk.

 

"Quels qu'aient pu être mes véritables problèmes, je ne voulais pas les voir réglés."

Comme souvent chez Palahniuk, l'histoire se met en place avec le temps, tel un puzzle, dont les premiers chapitres sont des pièces dont on a du mal à déceler le sens.

Ici il est question de Tender Branson, un survivant de la colonie du district de l'église, entendez par là les creedish, une secte dont les adeptes sont éduqués en vue du jour de la "délivrance", où tous se rendent à Dieu en se suicidant. Ce jour est passé et notre héro survit comme il peut dans le monde extérieur.

"Rien qu'après les cinquante premières volées de marches mon souffle refuse de rester à l'intérieur de  moi suffisamment longtemps pour m'être d'une quelconque utilité."

Le livre est un compte à rebours dont les pages sont numérotées en ordre décroissant et l'on y apprends la fin; Tender Branson est le pilote d'un avion détourné qui est sur le point de s'écraser.

"Cette façon que nous avons de devenir nostalgiques pour ce que nous venons de jeter aux ordures,  tout ça, c'est parce que nous avons peur d'évoluer."

Le cynisme est le maître mot de Palahniuk qui s'en donne à coeur joie de déjouer nos comportements sociaux et de critiquer notre morale bienséante. Le quotidien, la religion, la mort et la société de consommation sont des sujets adroitement maltraités par l'auteur, qui est inventif, subversif et drôle.

"Dans la mesure où le changement est constant, vous vous demandez si les gens n'aspirent pas à la  mort parce que c'est pour eux la seule manière de mener quelque chose vraiment à son terme."

Malgré son réalisme, le récit est fantastique au vu des situations incroyables et du fait que le héro fasse la connaissance de Fertilité Hollis, une femme stérile qui prévoit l'avenir dans ses rêves.

"Nous regardons tous les mêmes programmes télévisés. Nous entendons tous les mêmes choses à la  radio, nous nous répétons les uns les autres les mêmes bavardages. Il n'y a plus de surprises. Il n'y a  juste qu'un peu plus de pareil au même. Des rediffusions."

La qualité de l'auteur réside dans sa singularité à nous raconter des histoires et à l'imagination débordante et peu commune dont il fait preuve. Ses livres sont réellement originaux.

Le reproche qu'on peut lui adresser serait sa mise en place décousue, avec des chapitres entiers consacrés par exemple au travail sur les fleurs, ou bien l'énumération trop exhaustive de tous les trucs et astuces pour enlever tous types de taches.

Mais dans l'ensemble le roman est suffisamment déjanté avec ses personnages tous pleins de pathologies pour nous divertir sans peine et nous procurer du plaisir.

"- J'ai appelé sachant que vous alliez me trahir. Le libre arbitre n'avait rien à voir avec ça. C'était juste un truc à la Jésus/Judas. Vous n'êtes guère que mon jouet. Un pion que je déplace.

 - Merci."

Conseillez à tous ceux qui veulent connaitre le sort des adeptes d'une secte qui pourrait exister et à ceux qui veulent s'abreuver d'une lecture sarcastique et originale.

R.P.



06/11/2010
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour