Contre-critique

Contre-critique

"Tokyo décibels" de H. Tsuji


"Tokyo décibels" de Hitonari Tsuji.

Arata, un employé de mairie chargé de parcourir les rues pour mesurer les nuisances sonores, nous raconte sa vie, qu'il partage entre Fumi, sa petite amie difficile à cerner, Mariko, sa maîtresse joviale et sémillante, et Ikuo, son camarade d'université devenu père alcoolique.
"A notre époque, n'importe qui peut mettre n'importe qui sur écoute sans la moindre difficulté."
Comme son titre l'indique, "Tokyo décibels" est relié en permanence avec les bruits et les sons qui enveloppent les protagonistes, et Tsuji réussi à faire surgir de son livre une ribambelle d'ambiances sonores enivrantes. Cependant on navigue essentiellement entre vacarme de la ville, écoutes clandestines et musique rock.
"Des conversations intimes, des discussions d'affaires se mêlaient au-dessus de nos têtes. Je me sentais tout-puissant: il me semblait être devenu l'oreille de Dieu."
"Tokyo décibels" passent par des phases curieuses proches de l'espionnage ou bien du voyeurisme sonore, et les personnages sont parfois poussés vers des désirs répréhensibles, mais jamais avec perversité.
"Parce qu'écouter ses messages téléphoniques, mettre ton nez dans ses affaires, vivre comme tu le fais dans la crainte perpétuelle d'être trompé, ce n'est pas très sain."
Une fois les premiers chapitres passés, on se laisse apprivoiser par le récit et on s'attache à ces personnages qui sont tous désemparés, en quête d'amour et d'un sens à donner à leur vie.
"Elle n'a pas répondu à ma pression. Sa main alanguie, sans force, reposait, immobile, dans ma paume..."
Le lecteur suit agréablement les dérives de ces individus en proie aux troubles et à la confusion, et le roman, profondément humain, arrive parfaitement à sonder leur mal-être qui peuvent facilement faire écho en nous.
"Mais on ne peut pas réparer les gens, poursuivis-je. Les pianos ont de la chance: avec un accordeur comme toi dans les parages, ils peuvent retrouver la tonalité absolue."
Tsuji nous livre un récit sensible, insolite et parfois bouleversant, qui nous transporte et nous interroge.
"Le temps s'est mit à s'écouler impitoyablement, absurdement. Le monde qui continuait à tourner, sans aucun lien avec moi..."
A l'aide de phrases simples, et de héros sincères, Tsuji réveille en nous des sentiments, empreints d'une grande mélancolie, qui perdurent après la lecture. Efficace !
R.P.


24/02/2010
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour