Contre-critique

Contre-critique

"All you need is kill" de H. Sakurazaka

edge.png
 

"All you need is kill" de Hiroshi Sakurazaka.

 

"Le fusil recule violemment à chaque coup. Bang. Bang. Bang. Un rythme plus régulier que celui de mon coeur. L'esprit du soldat n'est pas dans son corps. Il est dans son arme. Le canon chauffe jusqu'à rougir, la chaleur transforme la peur en rage."

Depuis vingt ans les hommes sont en guerre contre les Mimics, et pour combattre ces créatures armées de javelines mortelles, les militaires s'équipent de combis - sortes d'exosquelettes décuplant la force de frappe. Au sein de la 17è compagnie, commandée par le sergent Ferrell, se trouve le deuxième classe Keiji Kiriya, le héros du roman. Ce dernier meurt au combat et, mystérieusement, s'éveille aussitôt après, à la veille de son arrivée sur le champ de bataille. Kiriya s'aperçoit qu'il est dans une boucle et qu'il revient systématiquement en arrière, à chaque fois qu'il meurt et ce, quelle que soit la manière employée.

Dans la veine de "un jour sans fin" ou "source code", le roman a fait l'objet d'une adaptation cinématographique intitulée "Edge of tomorrow".

"Nous nous déplacions en spirale, comme Rita le faisait toujours, dessinant de complexes arabesques sur le béton. Nous dansions un ballet guerrier, enveloppés dans le pinacle de la technologie humaine, nos armes grossières chantant un hymne funèbre vieux de milliers d'années."

Les boucles vont s'enchaîner et Kiriya va revivre plusieurs fois la même journée pourtant, grâce à l'auteur, la redondance n'a pas lieu. En effet Sakurazaka ne raconte pas les mêmes parties de la journée et opère des changements par le biais des son héros ; ainsi le lecteur n'est jamais lassé et ne sent pas la redite. D'autant que dans la troisième partie intitulée Full Metal Bitch, c'est Rita Vrataski, l'héroïne américaine armée d'une hache et d'une combi rutilante, qui passe au premier plan.

Rita et Kiriya sont les personnages centraux (avec Yonabaru en collègue de chambrée et Ferrell en instructeur) et leur lien va s'étoffer au fil de l'histoire et des boucles. Le lecteur suit attentivement le parcours et l'évolution de Kiriya qui devient un combattant aguerri, et le roman révèle ses secrets au fur et à mesure, pour qui n'a pas vu le film.

Malgré tout "All you need is kill" possède sa singularité. L'histoire se développe différemment, tout comme ses rebondissements variés, et l'écriture de Sakurazaka, plutôt sensitive, a de quoi séduire. Et les lecteurs bourrins risquent d'être déçu car l'histoire ne se base pas exclusivement sur la guerre avec les Mimics, au contraire l'action est habilement répartie, laissant cours à une part importante réflexion. Sans toutefois égaler les modèles d'inventivité scénaristique, le roman se laisse découvrir et possède un certain charme. On regrette toutefois que les Mimics ne soient pas davantage décrits, car grenouille noyée et étoile de mer ne suffisent pas à s'imprégner réellement de l'apparence de ces créatures. Mais la fin est réussie et la postface de l'auteur pose, en reflet du récit, une réflexion intéressante sur l'idée de persévérance.

R.P. 



23/11/2015
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour