Contre-critique

Contre-critique

"Damnés" de C. Palahniuk

842379.jpg

"Damnés" de Chuck Palahniuk.

 

"Pour vous donner une image précise, la vie en Enfer ressemble à un vieux cartoon Warner Bros. : les personnages n'arrêtent pas de se faire décapiter par des guillotines et démembrer par des explosions de dynamite, mais ils sont toujours entièrement réparés à temps pour l'attaque suivante."

Madison est morte. Fille de riches, elle était grosse, prolixe et âgée de treize ans à peine. Désormais Madison réside en enfer, prisonnière avec d'innombrables voisins dans ce qui s'apparente à d'insalubres cellules de prison. Tous les damnés qui vivent ici pour l'éternité sont condamnés à demeurer tels qu'ils sont, avec leur âge et leurs vêtements, et à retrouver leur forme même après avoir été démembrés par Ahriman, l'un des démons infestant les lieux. Mais bientôt un punk dénommé Archer va libérer Madison et ses proches voisins dont la frimeuse Babette, l'intello Leonard et le footballeur lycéen Patterson.

Ainsi débute ce nouveau roman de Palahniuk, au cours des pensées de Madison nous narrant son passé et la description des lieux. Fort est de constaté que les premiers chapitres ne sont pas accrocheurs, on se demande si le texte contient des effets comiques qui nous échappent ou s'il est simplement pitoyable. Résumer l'enfer à une sorte de sketch dérisoire où rien n'est sérieux et angoissant s'avère décevant. Car la lecture ne parvient pas à être palpitante ou prenante, et elle se borne à stagner dans l'ordinaire et le je-m'en-foutisme.

"La main me porte à la bouche, je tends les bras pour m'arcbouter contre la lèvre supérieure. Mes pieds poussent la lèvre inférieure, j'essaie de me transformer en arête de poisson : bien tendue et rigide, je ne veux pas être avalée. Sous mes doigts, les lèvres paraissent étonnamment voluptueuses, comme le cuir d'une banquette dans un bon restaurant..."

 Se dire qu'en enfer, on peut passer un test - consistant en une série de questions - dans un bureau, afin d'accéder au paradis, au retour sur terre ; ou alors qu'au moment de se faire avaler par un démon géant, le personnage principal compare les lèvres dudit monstre à un canapé de cuir et au siège d'une Jaguar, cela vous donne une idée de ce roman qui déçoit terriblement. Le délire de Palahniuk ne convainquant toujours pas après douze chapitres, et il sera difficile d'aller au bout si vous n'êtes pas emballé dès le départ. L'enfer des "Damnés" accumule montagne de rognures d'ongle et océan de sperme, et le comble du navrant est atteint lorsque Madison, escaladant un démon féminin géant avec la tête décapitée d'Archer sur elle, lui fourre la tête sous l'énorme capuchon clitoridien afin de faire jouir à son insu le démon. On le répète, les péripéties sont totalement farfelues, et malheureusement ni drôles, ni sérieuses, flottant dans un entre-deux maladroit et désolant. On pense au mauvais "Jakabok" de Barker. Même mauvais goût et représentation faible de l'enfer. De plus, contrairement à la quatrième de couverture, Après cent pages, le lecteur n'aura toujours pas croisé la moindre star. L'enfer y est réduit à un monde comme un autre, où les damnés doivent exercer un emploi et payer des taxes, et où la monnaie se révèle être des bonbons et des sodas.

Après cent trente pages, la lecture est toujours aussi insupportable et on ne voit guère la situation s'améliorer, du coup "Damnés" devrait rester inachevé. Quoi qu'il en soit bon courage à ceux qui auront la force d'aller jusqu'au bout de cet enfer, car il est aussi farfelu que vain et sa pirouette finale ne vaut pas la perte de temps consacrée à la lecture.

Si vous désirez connaître la fin, lisez simplement ce qui suit - attention spoil !! - Madison s'est faite étranglé par son frère adoptif Goran et c'est Satan himself qui l'a créée sous forme de roman.

"Damnés" est sans doute le plus mauvais texte de Palahniuk ; si vous ne devez en lire qu'un, prenez n'importe lequel de ses autres romans excepté celui-ci. Même "Journal intime" ou son précédent "Snuff" sont beaucoup mieux !

R.P.



29/03/2015
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour