Contre-critique

Contre-critique

"Décompression" de J. Zeh

décompr.png
 

"Décompression" de Juli Zeh.

 

"Emil apparut sur le moniteur dont la surface éclairée attirait des moucherons. Il s'arrêta en plein sur le visage de Jola. Me regarda de ses yeux noirs tout ronds en tirant la langue. Dans les films où l'on voit un reptile piétiner le portrait de quelqu'un, celui qui se fait marcher dessus devient fou à la fin de l'histoire."

Sven est moniteur de plongée sous-marine sur l'île de Lanzarote. Il y réside avec Antje, sa compagne non officielle, dans un coin reculé et déserté par les habitants. Sven est le narrateur de "Décompression", et il nous raconte comment, trois mois auparavant, il a eu affaire à un couple de clients, Theo Hast et Jola Pahlen, respectivement un scénariste et une actrice. Jola est trentenaire, issue d'une famille aisée, et on pourrait la prendre pour la fille de Theo. Elle est venue sur l'île avec Theo en repérage, désireuse de décrocher le rôle de Lotte Hass dans un long-métrage, grâce notamment à l'obtention du certificat Advance Open Water Diver. Durant les deux semaines de prise en charge, Sven fêtera ses quarante ans et en profitera pour plonger à la recherche d'une éventuelle épave repérée par sonar.

Les deux couples, Sven et Antje ainsi que Theo et Jola, font ainsi connaissance et déjà la jalousie, les cachotteries et les manipulations émergent, le roman devenant prenant dès les premiers chapitres et le drame à venir s'annonçant fièrement.

"Au bout du parapet, Jola fut rattrapée par Theo. Il la prit dans ses bras. Il me sembla d'abord qu'ils s'embrassaient avant de m'apercevoir qu'ils luttaient. J'entendis un cri et me rendis compte à la même seconde que ce cri était sorti de ma gorge."

L'écriture de Zeh semble avoir subie une légère évolution par rapport aux précédents romans et notamment à "Corpus Delicti" à moins que ce ne soit le changement de traducteur qui en soit la cause car jusqu'à présent, tous les romans de Zeh étaient traduits par Hébert et Colbus alors que celui-ci voit l'arrivée de Dumont ; le changement stylistique étant peut-être aussi dû au journal de Jola car l'écriture y apparaît moins intrigante et détachée, et plus proche de la réalité commune. Quoi qu'il en soit, on ne retrouve plus la mystérieuse approche des personnages si caractéristique de Zeh ; cependant la subtilité et l'intelligence demeurent au rendez-vous. Ainsi pour nous faire comprendre que Sven est séduit par Jola, l'auteur se contente de nous dire qu'il met des dessous-de-verre sur une table en teck après avoir appris que Jola n'aimait pas voir des verres posés sur un meuble ancien.

"Décompression" possède également des pointes de poésie imagée marquante :

"Derrière, une étroite bande de terre nue avant l'à-pic. Cinq cents mètres de paroi abrupte avec, en contre-bas, la mer déchaînée. Dans le ciel, une demi-lune entourée d'un halo de lumière blanche. Des nuages noirs déchiquetés défilaient devant elle à vive allure si bien qu'on avait l'impression de voir la terre rouler à un rythme effréné à travers le cosmos."

Le rapport entre amour et haine entretenu par Jola et Theo est si rondement mené qu'il en devient passionnant pour le lecteur, d'autant que Sven y sera directement impliqué. Ce triangle amoureux détonnant promet de belles étincelles et tient toutes ses promesses sur une bonne partie du roman. Le lecteur est happé par cette machination proche de la spirale infernale, orchestré d'une main de maître par Juli Zeh qui nous prouve une fois de plus son talent. Et même si la deuxième moitié de "Décompression" n'est pas aussi rythmée qu'au départ, la divergence machiavélique du journal de Jola maintient l'intrigue. Sven paraît pris au piège de quelque machination pas encore totalement identifiable.

"Lorsque je tournai la tête vers elle, elle m'adressa un curieux sourire qui laissait apparaître la petite brèche entre ses incisives. Cela me fit le même effet que si elle avait écarté les jambes."

Au final, la lecture est agréable mais la fin du roman s'avère trop plate par rapport au tumulte annoncé, et ce "Décompression" est bien moins original que "L’Ultime Question", l'œuvre phare de l'auteur.

R.P.



08/04/2015
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour