Contre-critique

Contre-critique

"Le Grand Jeu" de C. Minard

ob_829ce6_le-grand-jeu.jpg
 

"Le Grand Jeu" de Céline Minard.

 

"Le surplomb est une menace. Il se tient au-dessus de moi et sa taille, son poids, sa présence s'imposent et compressent l'espace. Mon oreille interne perçoit un surplomb avant que je ne le voie. La menace n'a rien à voir avec la prise de risque pour contourner l'obstacle. La menace est un état de fait, un état de masse. Un état de gravité de la roche qui se tient entre la chute et l'accroche..."

Joliment écrit, ce court roman de Céline Minard, semble mettre en scène un double de l'auteur, qui après avoir acheté une parcelle de montagnes décide d'y vivre, recluse, dans un habitat high-tech. Le récit s'approche d'une sorte de journal de bord quotidien voué à la réflexion sur la détresse, l'isolement, et l'habilitation dans un nouvel environnement semi-naturel. Ainsi, au fil des balades, explorations et découvertes, le personnage central laisse aller ses réflexions et s'exprime à la première personne du singulier sur sa quête spirituelle.

Il faut impérativement apprécier les lieux isolés et l'ascension pour accrocher aux premières pages, voire à l'ensemble du récit. Il est certain que narrer des sorties pédestres, des rencontres animales, et des moyens de se sustenter, quand il s'agit pas de faire pousser des légumes, ne va pas passionner la majorité.

Imaginez qu'un face à face avec une marmotte au sein d'une cabane va constituer l'un des événements majeurs de la première moitié du roman. Pourtant la réflexion qui se dégage de la solitude du personnage, de son retour à la nature, divertit et intrigue suffisamment pour tenir jusqu'au bout.

"La lune éclairait tout, la roche blafarde, l'herbe grise, le ciel noir, puis l'aluminium froid du ruisseau qui courait vers le jardin. Comme moi, pliée en deux, furtive, la carabine en main et chargée."

Dans la deuxième partie du récit, l'héroïne va s'apercevoir qu'elle n'est pas seule. Mais la présence qui partage son territoire sera difficilement discernable pour le lecteur, ce qui est préjudiciable bien que cela maintienne un certain suspense.

Malgré l'écriture de qualité de l'auteur, on a vraiment du mal à être complètement happé par son histoire, quant au deuxième personnage, sans rien vous en dire pour ne pas vous spoiler (bien qu'il n'y ait quasiment rien à spoiler), il peine à prendre forme et réalité dans notre esprit. On se demande même quel est son intérêt et où veut en venir l'auteur.

Difficilement crédible, "Le grand jeu" se laisse tout de même lire mais est à réserver aux curieux.

R.P.



07/03/2017
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour