Contre-critique

Contre-critique

"Chroniques du chevalier errant" de G. R. R. Martin

41EDsrzmVsL._SX307_BO1204203200_.jpg
 

"Chroniques du chevalier errant" de George R. R. Martin.

 

"Il vit sa pointe heurter le bouclier d'Aerion, frapper le dragon entre deux de ses têtes, creusant un sillon dans une flamme peinte. Un craquement étouffé retentit et la force de l'impact ébranla Tonnerre sous lui, le faisant trembler."

Si vous êtes attirés par la couverture crépusculaire de ce roman, et que le titre vous intrigue, et qu'en plus vous appréciez l'univers de "Game of Thrones", n'hésitez plus et lisez l'épique nouvelle "Le Chevalier errant" ; vous ne serez pas déçus ! Ce premier récit des trois nouvelles réunies ici se révèle très agréable et palpitant. "Le chevalier errant" se lit avec une facilité déconcertante et l'on croirait avoir affaire à un page turner tant on dévore la centaine de pages qui le compose. L'écriture, bien que simple, s'y avère bigrement efficace. Suspense, action et sentiment, tout est réuni pour nous tenir en haleine, depuis l'enterrement de l'Ancien jusqu'à l'affrontement final.

"À part que sa joue lui cuisait et qu'il avait dans la bouche le goût du sang provenant d'une lèvre entamée, non, elle ne lui avait pas réellement fait bien mal. Pendant un instant, la seule idée qui lui traversa l'esprit fut de l'attraper par cette garce de natte rouge..."

"L'épée lige", la seconde nouvelle, ne possède malheureusement pas du tout la verve épique dont R.R. Martin faisait preuve six années auparavant. Ce second récit s'enlise dans les atermoiements et l'action ne décolle jamais. L'explosion, qui semblait se manifester de manière imminente et sous-jacente, avec le mauvais présage de la cage suspendue, puis avec la découverte du barrage, ne se traduit jamais en affrontement et l'on s'ennuie fermement. Heureusement la fin est plutôt maligne et les quelques pages qui clôture la nouvelle ne nous font pas regretter d'être aller jusqu'au bout, car avant cela, on s'ennuyait. Vous pouvez donc aisément vous passer de "L'épée lige" et rester sur la bonne impression laissée par "Le Chevalier errant".

"On pourrait enfoncer le crâne d'un homme avec ça, sans même briser la coquille. Les écailles étaient lisses sous ses doigts, et le rouge profond et sombre semblait rutiler, tandis qu'il tournait l'œuf entre ses doigts. Le sang et les flammes, se fit-il réflexion..."

Le troisième nouvelle, "L'œuf du dragon", nous ramène au meilleur de R.R. Martin. Dès le départ, on est captivé et heureux de retrouver le fameux duo formé par l'immense Dunk, devenu chevalier, et son palefrenier l'Œuf (Egg en anglais). Même quand il n'y a pas d'action, les péripéties demeurent palpitantes. Que ce soient les dialogues ou les situations, comme au banquet, on dévore les pages !

Bref, si vous occultez "L'épée lige", vous tenez entre vos mains une pépite du divertissement qui vous plongera habilement dans une autre époque.

R.P.



18/09/2020
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour