Contre-critique

Contre-critique

"Homo erectus" de T. Benacquista

001942486_2bc27ed7e3d7520464486dc55cd8ecae.jpg

 

"Homo erectus" de Tonino Benacquista.

 

Denis Benitez, un serveur malheureux en amour, est devenu l'objet de l'ignorance absolue de la gente féminine. Il fait partie du cercle du jeudi, un groupe exclusivement masculin qui se réunit, comme les alcooliques anonymes, pour que chacun confie à l'assemblée ses malheurs ou ses expériences atypiques. Yves Lehaleur et Philippe Saint-Jean en font eux aussi. Au départ du roman, ils assistent à une réunion pour la première fois. Ils vont d'abord entendre la confession de Denis, puis, au fil des chapitres, ce sera leur tour.

Ainsi débute "Homo erectus", un roman malicieux qui expose la détresse des hommes face aux femmes. Mais très vite, la vie de ses trois protagonistes indépendants les uns des autres, va primer sur les réunions du cercle. Ainsi on verra par exemple comment la relation entre le philosophe Philippe et le mannequin Mia va se dérouler, oscillant entre intérêt commun et ajustement comportemental.

"Aujourd'hui, elle lui avait semblé bien moins superficielle, presque réelle malgré des circonstances qui ne l'étaient pas. Une jeune femme qui, une fois débarrassée du fard et des projecteurs, était mue à coup sûr par les mêmes peurs et les mêmes aspirations que quiconque."

Yves est un personnage plus difficile à suivre. Entretenir une relation avec une prostitué parce qu'on a été trompé par sa femme est une attitude pour le moins surprenante. Pourtant, par déception amoureuse, Yves va fréquenter Kris, puis d'autres. Quant à Denis, il sera victime d'une squatteuse qui viendra sans raison vivre à son domicile.

Ainsi, même si le départ du roman est pleinement satisfaisant, au fil de l'histoire, l'intérêt s'estompe et l'on a du mal à comprendre où l'auteur veut en venir avec ces trois personnages, et, malheureusement, ce qui s'annonçait irrévérencieux devient banal et manque cruellement de créativité. D'autant que le twist final avec l'inversion des genres n'apporte rien de savoureux.

Si vous avez lu "Saga", vous risquez d'être déçu par ce roman bien moins inspiré.

R.P.



04/05/2020
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour