Contre-critique

Contre-critique

"La Femme aux cheveux roux" de O. Pamuk

41Ou-znbbyL._SX195_.jpg

"La Femme aux Cheveux roux" de Orhan Pamuk.

 

"Je crus que mon père s'était fait cueillir à la pharmacie et emmener au bureau des Affaires politiques, comme cela s'était déjà produit auparavant. Là-bas, on le soumettrait à la torture, on lui administrerait la falaka et des chocs électriques."

Dès le départ, tout semble lié au père. Le jeune Cem Çelik nous en raconte les disparitions successives, alors qu'il reste seul auprès de sa mère. Ensuite, nous vivons au jour le jour avec Cem, tandis qu'il effectue un mois de travail aux côtés du puisatier Mahmut afin de gagner un peu d'argent. Durant cette période, ils déambulent tous deux à Öngören. Et c'est là que Cem va rencontrer la fameuse Femme aux Cheveux roux, qui donne son titre au roman. Dès lors, il n'aura de cesse de la revoir. Et les occasions se multiplieront puisque le trou du puits dont ils ont la responsabilité ne se creuse pas facilement.

"Toute la tablée se tourna vers moi. Il y avait un grand miroir sur le côté, je pouvais y voir tous les convives. Mon regard croisa celui de la Femme aux Cheveux roux. La même expression de tendresse flottait sur son visage, avec cette fois une note de gaieté."

Dans la première partie, le récit presque initiatique possède un rythme plutôt paisible. On suit l'avancée du puits, au quotidien, et l'on voyage sans que cela soit trépidant. Heureusement la fin de la première partie se clôt par un rebondissement inattendu et véritablement intrigant.

La suite voit l'évolution de Cem au cours de sa vie d'adulte et de l'après maître Mahmut. Son couple, ses difficultés pour avoir un enfant, et sa passion pour le récit d'Œdipe et celui de Rostam du Shâhnâmeh se révèlent agréables à suivre. Mais c'est surtout au chapitre 35, lorsque tombe la révélation principale du roman, que l'histoire prend toute son ampleur et que l'on peut enfin parler d'œuvre littéraire digne de ce nom.

"(...) nous examinions minutieusement les images représentant Rostam en pleurs et s'arrachant les cheveux devant le cadavre ensanglanté de son fils Sohrâb qu'il venait de tuer. L'immense sentiment de remords que j'avais déjà éprouvé sous le chapiteau (...)"

Finalement, "La Femme au Cheveux roux" est un récit plus complexe et intéressant qu'il n'y paraît, mais sa troisième partie, quelque peu récapitulative, ne permet pas au récit de se clôturer en apothéose. Malgré les rapports ambivalents entre les personnages et le suspense de la fin de la deuxième partie, les dernières pages nous laissent sur notre faim.

Un roman original, à certains égards édifiant, qui fera une bonne entrée en matière pour découvrir l'auteur turc auréolé du prix Nobel de Littérature.

R.P.



17/11/2020
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour