Contre-critique

Contre-critique

"Le démon" de H. Selby jr

CVT_Le-Demon_6519.jpeg
 

"Le démon" de Hubert Selby jr.

 

"Bon Dieu, t'as vu ça ? J'en suis encore à m'demander avec qui j'vais danser, et lui il a déjà levé une nana, hochant la tête et contemplant le dos d'Harry avec respect et admiration. J'te dis qu'ce mec est vraiment incroyable. Y'aurait qu'une nana qu'a le feu au cul dans c'te taule, Harry la reniflerait quand même."

Ainsi se fait voir, par ses amis, celui qu'on surnomme Harry le baiseur, quelqu'un de doué pour séduire les femmes, peut-être trop même. Harry est jeune et beau et il est obsédé par les femmes. Que ce soit dans un parc, durant un match de baseball ou lors d'un anniversaire de mariage, partout où il passe, Harry cherche à draguer les femmes mariées pour coucher avec elles. Et il les prends mariées pour ne pas avoir d'emmerdements. Mais flâner près des femmes l'éloigne de ses amis et surtout le met en retard au boulot. Et même s'il est également doué dans son travail de bureau, l'addiction d'Harry pourrait bien lui porter préjudice. D'ailleurs Harry ne vas pas tarder à se faire ravir une place de vice-président en second, préoccupé qu'il est par sa rencontre avec Helen, une femme non mariée. Au travail, l'heureux titulaire du poste est Mark Davis, mais Harry n'a pas dit son dernier mot, il va, sous les conseilles de son patron Wentworth, se reprendre en main et tenter de devenir un employer modèle.

"J'aimerais beaucoup être ta femme, Harry, et elle mit ses bras autour de lui et l'embrassa, et il partit d'un petit rire et l'embrassa aussi, et tous deux se mirent à rire et à sauter de joie sur la banquette en se serrant l'un contre l'autre."

Contrairement à ce que laisse présager la quatrième de couverture, ce roman de Selby n'est pas un récit "trash" et provocant, comme peuvent l'être ceux de Welsh par exemple. Le récit, bien que prenant, prend vraiment son temps et possède un rythme calme. Il narre la vit d'un homme qui passe du célibat joyeux, avec l'accumulation des conquêtes, à une vie de famille heureuse. Seulement le démon - c'est celui du sexe, vous l'aurez compris - revient le hanter et lui fait faire des choses incompréhensibles.

"Et il baisait l'épave humaine imbibée d'alcool qui gisait sur le lit, dégageant une forte odeur de sueur et de pisse, et il la baisa encore une fois avant qu'elle ne s'endorme, ivre morte. Il aurait pu partir, aller dormir ailleurs, n'importe où - il aurait même pu attraper le dernier train pour Westchester - mais il resta."

On se demande comment tout cela va finir, mais Selby jr ménagera son suspense jusqu'au bout, et offrira à son héros des palliatifs de plus en plus dangereux pour compenser ses obsessions. Pourtant ce roman n'est pas la réussite qu'on espérait. Et bien qu'on retrouve quelque chose du "Waiting Period" dans la pulsion meurtrière qui sous-tend le récit, il manque parfois de cohésion entre les différents enchaînements. On en garde tout de même une impression forte, qui satisfera les curieux sachant se montrer patient.

R.P.



26/12/2017
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour