Contre-critique

Contre-critique

"Les variations Sebastian" de E. St John Mandel

9782743629755.jpg
 

"Les variations Sebastian" de Emily St. John Mandel.

 

"À entendre la douche qui fuyait, on aurait dit qu'il pleuvait. Il s'allongea sur le divan pour écouter le bruit, juste quelques instants, et se réveilla à six heures du matin, courbatu et désorienté. Il se doucha, enfila une chemise propre et reprit le métro pour se rendre au journal. C'était une matinée teintée de bleu, un vent froid soufflait dans les rues." 

Après son dernier et époustouflant "Station Eleven", il sera difficile de revenir sur les précédents romans de cette romancière canadienne. Les "Variations Sebastian", il faut bien l'admettre, n'est pas du tout au niveau de ce qu'elle est capable de livrer désormais ; son dernier livre étant une véritable réussite. Pourtant "Les variations Sebastian" n'est pas dénué d'intérêt, bien au contraire. Cette quête de paternité d'un journaliste qui a eu une relation avec une camarade d'études est plutôt touchante. Les amateurs de musique, les nostalgiques des relations de jeunesse, y trouveront sans doute leur compte. Mais on remarque que déjà l'auteur bifurquait sensiblement de la ligne directrice du registre "policier" dans laquelle elle s'était lancée. Et ne vous laissez pas tromper par la quatrième de couverture, jamais Gavin ne se retrouvera au coeur des ténèbres, car le récit est calme et lent, bien que tourmenté, et sa dangerosité est infime. L'aspect polar n'intervient d'ailleurs qu'à la toute fin de l'ouvrage.

Malgré ces reproches, si jamais le journalisme, les amours perdues ou la musique jazz vous intéressent, laissez-vous bercer par la douce écriture de Mandel, vous ne le regretterez pas.

R.P.



01/12/2018
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour