Contre-critique

Contre-critique

"Lumières noires" de N.K. Jemisin

51x8VLWOfTL._SX195_.jpg

"Lumières noires" de Nora K. Jemisin.

 

""C'est pas une question de survie." Un jour ou une nuit, je mourrai de faim ou de froid. Ou je chopperai une saleté qui me fera pourrir au point d'obliger les hôpitaux à m'accepter, alors que je n'ai ni argent ni domicile. En attendant, je chante la cité, je la peins, je la danse, je la baise, je la pleure..."

Après la lecture de la très bonne et instructive introduction, par Jemisin elle-même, vous n'aurez qu'une envie, dévorer ce recueil. Mais oubliez "Ceux qui restent et qui luttent" (malgré son titre prometteur), et passez directement à la seconde nouvelle : "Grandeur naissante". Elle nous narre le quotidien d'un grapheur noir qui vivote au sein de sa cité. Le rythme y est haletant, les personnages creusés, et l'on a droit à une course-poursuite étonnante avec un flic non humain qui change de forme et se tord.

Le style de Jemisin est pour le moins surprenant. On est en équilibre entre un récit moralisateur et engagé pour la cause du peuple noir, et un sens de l'extraordinaire diffus. Certaines nouvelles sont plutôt impalpables, comme en témoigne "La sorcière de la terre rouge", l'histoire d'une blanche qui rend visite à une famille noire et veut s'emparer d'un enfant. L'originalité tient dans le fait que la lutte à lieu par le biais des rêves.

En revanche, avec "L'alchimista", l'histoire s'enracine dans le réel avec une certaine Franca qui travaille en cuisine. La nouvelle débute lorsqu'un mystérieux inconnu vient s'attabler à la fin de son service. Ce dernier ne tardera pas à proposer une recette à la cuisinière aguerrie. La nourriture et les ingrédients sont au cœur de ce récit très réussi et plein de suspense, qui flirte doucement avec le fantastique et nous donne envie d'en lire davantage.

Le recueil aborde aussi l'homosexualité entre femmes, avec "Le moteur à effluent", ou encore le devenir de notre planète et la volonté de certains d'en modifier la nature, avec "Nuages dragons". Ces thèmes font que l'œuvre de Jemisin acquiert une grande importance dans le monde de la SF, cependant ces nouvelles ne sont pas assez palpitantes et l'on manque cruellement d'enthousiasme en les lisant. Aussi ce "Lumières noires" est loin d'être mémorable. Pourtant, la dernière nouvelle, "Pécheurs, saints, spectres et dragons...", nous donne le goût du reviens-y, en narrant les mésaventures de Tookie au sein d'une Nouvelle-Orléans submergée. Cela permet au recueil de se clore en beauté et de devenir une belle opportunité pour découvrir l'auteur, surtout si vous ne connaissez pas encore la romancière des "Livres de la Terre fracturée" !

R.P.



15/06/2020
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour