Contre-critique

Contre-critique

"Outresable" de H. Howey

CVT_Outresable_9182.jpg

"Outresable" de Hugh Howey.

 

"Mais à une telle profondeur il était difficile de distinguer les couleurs. Il pénétrait en territoire inconnu. Comme pour le souligner, l'indicateur d'air de sa visière glissa du vert au jaune. Un de ses réservoirs était désormais complètement vide. Il y eut un clic assourdi quand une valve bascula."

Palmer est un plongeur des sables. C'est à dire qu'il s'enfonce à quelques centaines de mètres sous la surface, grâce à une technologie futuriste composée d'une combinaison et d'une visière, pour remonter des objets ensevelis appartenant à l'ancienne civilisation.  Le roman commence avec son expédition aux côtés de son ami Hap et d'un groupe de pillards. Puis nous bifurquons sur la vie de sa fratrie, et notamment celle de Conner, son frère cadet, accompagné du jeune Rob, puis de Vic, leur soeur plongeuse également.

Le récit se lit très facilement. Cependant nous ne sommes pas dans de la littérature haut de gamme et l'écriture s'avère simple et sans grand impact émotionnel. Malgré tout, les péripéties sont nombreuses et l'auteur parvient à nous divertir. Quant à l'importance qu'il accorde à la famille et aux relations filiales, elle permet de ne pas tomber dans le divertissement écervelé.

"Qu'ils aillent se faire foutre. Après son grand coup, quand elle aurait des enfants et qu'elle les enverrait dans le monde, elle leur expliquerait ce qu'elle avait appris, et elle ajouterait qu'il leur faudrait apprendre ces mêmes choses par eux-mêmes. C'était le lot de chaque génération."

Contrairement au précédent "Phare 23", qui démarrait avec une première moitié totalement obsédante et faussement calme, avant de basculer dans un maelström de bagarres presque indigestes, ce "Outresable" s'ouvre sur un chapitre plutôt orienté action avant de s'étendre sur d'autres personnages. On regrette que l'histoire ne soit pas aussi haletante qu'on l'aurait souhaitée. Il ne s'agit pas de dire que c'est mauvais, loin de là, mais ce n'est ni palpitant ni oppressant. Car la narration ne permet pas de s'immerger totalement dans l'univers et car les images qui nous parviennent ne sont pas épiques, contrairement aux actions qui y sont décrites (comme la remontée du Puits de miel par exemple).

En définitive, ce roman s'avère moyennement réussi. Pourtant, avec une grosse production maîtrisée, il pourrait faire l'objet d'une adaptation cinématographique mémorable.

R.P.



04/05/2019
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour