Contre-critique

Contre-critique

"Une affaire personnelle" de Kenzaburô Ôe

product_9782070792306_195x320.jpg

"Une affaire personnelle" de Kenzaburô Ôé.

 

"Bird glissa une pièce de monnaie entre les lèvres de la fille d'acier et essaya d'écarter ses bras, qui résistèrent. Il tira plus fort, avec la sensation de violer la fille. Enfin un cliquetis se fit entendre et des chiffres apparurent dans les yeux vides"

À la manière de l'excellent "Gibier d'élevage", l'auteur de "Dites-nous comment survivre à notre folie ?" nous accroche dès le premier chapitre de ce court roman. Kenzaburô Ôé, prix Nobel de littérature, possède une écriture remarquable. À la fois simple et travaillée, très imagée et suffisamment aérée pour que le lecteur puisse y incorporer son propre imaginaire. Sans nous livrer toutes les clefs de son histoire, Ôé nous donne suffisamment d'indices pour nous laisser entrevoir le potentiel dramatique du livre.

À 27 ans, Bird va devenir père et se sent l'âme d'un quadragénaire vieillissant et dépressif. Il rêve d'Afrique, se retient de tomber dans l'alcoolisme et fuit sa belle-famille et sa femme, le soir même de son accouchement.

"Il avait arraché du ventre de la femme d'un autre un monstre innommable - doté peut-être d'une tête de chat et d'un corps gonflé comme un ballon... En tout cas, le directeur avait honte de l'avoir mis au monde, et c'est pour cela qu'il riait."

On l'apprend en lisant la quatrième de couverture, le héros va devenir le papa d'un enfant anormal. Dès lors, comment pourra-t-il assumer son rôle de père et tenir le coup psychologiquement ? La réponse en deux-cents pages dotées d'un suspens haletant.

Le héros évolue pas à pas, au fil d'un temps présent qui respecte la chronologie et qui est jalonné de rencontres insolites. D'abord de jeunes bagarreurs, puis un beau-père professeur, ou encore une amie vaguement ermite et philosophe nommée Himiko. Chacun des échanges que fait Bird avec les autres protagonistes nous renseigne un peu plus sur sa personne. On s'interroge, on s'effraie et on frémit aux côtés d'un héros atypique et attachant qui nous renvoie à nous-même.

"Apparemment, il n'était plus sur le point de mourir, et cette pensée oppressait Bird. Plus question de se réfugier dans un chagrin facile. L'enfant commençait à vivre, férocement, en traînant le boulet de sa difformité."

On pourrait penser que le malaise de Bird vient du fait que son enfant soit handicapé, or il n'en est rien, puisque Bird fuit l'accouchement avant même de connaître l'état de santé du nouveau-né. Son malaise ne provient donc que de lui-même et s'avère d'autant plus insondable que la femme de Bird est totalement absente de la première moitié du roman et s'avère très peu importante. Celle qui monopolise le roman, c'est Himiko.

"Pour la première fois de sa vie, Bird découvrit en lui un masochiste et, après toutes les hontes qu'il avait éprouvées, il lui semblait même qu'il y avait quelque chose d'attirant dans cette disgrâce supplémentaire."

La sexualité est également au centre du roman, alors que Bird se rapproche de Himiko et trompe allègrement sa femme. On sent réellement que Bird est tourmenté et en proie au mal être et aux angoisses. Des sentiments qui touchent même à sa virilité. Sans parler de l'incident fugace du héros qui est battu par son père. Les personnages sont hantés par la mort, qui frappe à plusieurs reprises et qui jalonne le récit. On peut dire que la fuite du héros demeure omniprésente dans "Une affaire personnelle".

Au final, nous ne sommes pas en présence d'un récit remarquable, ou qui fera date, mais cette "affaire personnelle" est un témoignage aussi surprenant que vibrant. Il s'agit d'une course vers la guérison pour un personnage qui peine à assumer ses responsabilités et à panser ses blessures. Le roman prend alors la forme d'un véritable acte de repentir, touchant et sincère. À découvrir !

R.P.



07/06/2020
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour