Contre-critique

Contre-critique

"Le théâtre des merveilles" de L. Llach

4107m8EEHRL._SX195_.jpg
 

"Le théâtre des merveilles" de Lluís Llach.

 

"... lorsque pour faire du théâtre il suffisait d'en avoir envie et d'être un peu fou. Aujourd'hui c'était l'époque de la paperasse, des autorisations, de la censure, des auteurs, des signatures, des assurances... Il valait mieux être un bon gestionnaire qu'un directeur artiste."

Le baryton Roger Ventós, de son nom de plume Lluís Llach, nous livre avec ce roman une sorte d'autobiographie à laquelle il ajoute l'histoire du théâtre où sa mère travaillait étant jeune, le Maravillas. Dans une première partie, on découvre la vie de ce lieu de divertissement barcelonais et de ces occupants. Puis dans la deuxième partie, beaucoup plus conséquente, on s'attarde sur la vie de Roger, de son enfance à son ascension professionnelle, en passant par son histoire d'amour.

Le roman n'est pas à proprement parler palpitant, et l'on sent que sa rédaction se fait par moments un peu faible. Pourtant le récit dans sa globalité est intéressant et l'on apprend des choses sur l'aspect politique du pays, comme la fuite des dissidents révolutionnaires de la CNT qui ont pris le pouvoir un temps, ou encore l'enfermement de Mireia dans un camp d'Argelès-sur-mer.

Le roman aborde l'homosexualité, la vocation du métier artistique, l'importance des racines et le poids de l'héritage.

Je ne conseillerai tout de même pas "Le théâtre des merveilles", sauf si des aspects ayant traits à la réalité de son époque vous intéressent, car sa structure possède un fil rouge alambiqué et peu efficace, avec par exemple la reprise inutile du chapitre 15 en intro et en interlude.

R.P.



03/09/2019
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour